Accueil > Actualités > Rapport sécurité routière > Rapport sur la sécurité routière 2018 : transport de marchandises

Rapport sur la sécurité routière 2018 : transport de marchandises

Rapport sécurité routière 2018 DEKRA : transport de marchandises

Novembre 2018
Le groupe DEKRA acteur engagé auprès de la Commission Européenne dans la sécurité routière depuis plus de 90 ans met l'accent cette année sur le transport des marchandises. À l'instar des précédentes éditions, depuis 2008, le dernier rapport DEKRA sur la sécurité routière fournit de la matière à réflexion et préconise des recommandations spécifiques à destination de la sphère politique, des experts de la circulation routière, des constructeurs, des organismes scientifiques et des associations en tenant compte des solutions de mobilité coopératives, connectées et automatisées. Le groupe DEKRA se positionne comme l'acteur incontournable pour accompagner tous les usagers de la route.

La Commission Européenne reste déterminée à améliorer la sécurité routière. Les statistiques des accidents dans les États membres de l'UE montrent clairement que rapportés au nombre de kilomètres parcourus, les camions sont beaucoup plus sûrs que ce que leur réputation laisse entendre et qu'ils sont beaucoup moins souvent impliqués dans des accidents mortels ou occasionnant de graves blessures corporelles que les voitures.
"Pourtant, il n'y a toujours pas lieu de sonner la fin de l'alerte" sensibilise Xavier Diry, Directeur Général de DEKRA Automotive France.

Les accidents impliquant des poids lourds pesant douze tonnes ou plus ont souvent de graves conséquences – non seulement pour les chauffeurs de camion, mais aussi, et par-dessus tout, pour les conducteurs de voiture et les usagers vulnérables de la route tels que les piétons et les cyclistes. " Les accidents causés par des véhicules utilitaires de 3,5 t + ont tué 7.233 personnes en 2006 et 3848 en 2015, soit une baisse de 47% au sein des Etats membres de l’UE.

" Bien que les chiffres soient en diminution, le pourcentage des personnes tuées dans des accidents impliquant des poids lourds par rapport à l'ensemble des accidents de la route mortels dans l'Union Européenne reste relativement stable depuis quelques années. Les autres usagers de la route dans de tels accidents sont le plus souvent les voitures. 55 % des accidents mortels impliquant des camions ont eu lieu sur des routes de campagne, 25 % dans des zones urbaines et 19 % sur des autoroutes " rappelle Xavier Diry. "En termes de baisse, la France se classe derrière les leaders du classement que sont l'Italie, l'Espagne et la Grèce."



Tenant compte tout autant des personnes que des technologies des véhicules et de l'infrastructure, le rapport sur la sécurité routière met en lumière les points sur lesquels des actions doivent être entreprises pour exploiter efficacement le plein potentiel qui existe en matière d'optimisation, de façon à continuer à améliorer la sécurité routière des camions. "Nous estimons que la qualification durable des conducteurs routiers professionnels est une priorité pour améliorer la sécurité routière" insiste Xavier Diry.


Exemple : Les conséquences dévastatrices des collisions en bout de file

Au cours des dernières décennies la technologie des freins dans les poids lourds s'est améliorée. Suite à l'étude de DEKRA comparant un Mercedes-Benz Actros actuel de 38,5 t avec son prédécesseur de 1997 de type SK, le véhicule actuel roulant à 80 km/h s'arrête à 41 mètres. Le véhicule plus ancien, quant à lui, encore lancé sur sa course à 43 km/h ne s'immobilise qu'à 57 mètres.

DEKRA a réalisé des essais en mettant en cause cette distance de freinage raccourcie : un camion roulant à une vitesse d'environ 40 km/h entre en collision avec une file de voitures.

 Ce type d'accident se produit malheureusement encore beaucoup trop souvent – avec, dans un grand nombre de cas, des conséquences dévastatrices. Lorsqu'un camion lancé à une vitesse relativement élevée heurte une voiture immobilisée ou avançant lentement, cette voiture subit généralement une déformation extrême. Souvent, plusieurs voitures se télescopent  De fortes améliorations ont été réalisées, principalement en mettant en œuvre des systèmes d'aide à la conduite conçus soit pour éviter les accidents soit pour réduire leur gravité. L'objectif est de faire en sorte que l'attention des conducteurs distraits se porte à nouveau, rapidement et efficacement, sur ce qui se passe sur la route et autour d'eux ou dès lors d'une collision inévitable  que le freinage se déclenche automatiquement.

Selon DEKRA, équiper les véhicules de plus de systèmes d'assistance est une mesure efficace vers cette « Vision Zéro » : l'objectif d'un monde où le nombre de personnes tuées ou gravement blessées sur les routes est réduit à néant. À cet égard, il est crucial cependant que les conducteurs comprennent les fonctions de ces systèmes grâce à une formation continue comme le système de freinage d'urgence.

Les conducteurs doivent également se rendre compte que les systèmes d'assistance ne peuvent pas aller au-delà des lois de la physique, par exemple en ce qui concerne la performance du freinage sur route humide ou verglacée .

 Il est aussi indispensable que tous les systèmes électroniques fonctionnent de manière fiable tout au long de la durée de vie du véhicule ; ce n'est qu'alors qu'ils pourront procurer l'effet désiré.

"C'est le cœur de métier de DEKRA, un contrôle technique régulier des véhicules gagnera donc encore en importance, en grande partie en raison de la complexité croissante des systèmes et du risque de manipulation électronique" conclut Karine Bonnet, Présidente du réseau de contrôle technique, Directrice Générale Adjointe Marketing et Ventes de DEKRA Automotive SAS.

L'engagement de DEKRA pour une sécurité routière améliorée

DEKRA a été l'un des premiers signataires de la Charte européenne de la sécurité routière et soutient indéfectiblement le plan d'action de l'UE pour, une fois encore, diminuer de moitié le nombre de tués sur les routes d'ici à 2020. Au sein d'organismes nationaux et internationaux, les experts DEKRA sont particulièrement appréciés comme partenaire de dialogue. Le rapport 2018 DEKRA sur la sécurité routière est disponible en en cliquant sur le lien "Télécharger le PDF" sur cette page. Il est de même accessible sur www.dekra-roadsafety.com qui propose également de plus amples informations sur le contenu du rapport imprimé, y compris des vidéos et des graphiques interactifs, de même que tous les rapports publiés depuis 2008.

LES RECOMMANDATIONS FORMULEES PAR DEKRA POUR RENFORCER LA SECURITE ROUTIERE

  • Les systèmes d'aide à la conduite brièvement désactivés par le conducteur, tels que le système de freinage d'urgence, doivent être réactivés automatiquement après quelques secondes seulement.
  • Le système électronique d'assistance dans les virages doit faire partie de l'équipement obligatoire de tous les véhicules utilitaires, comme le sont aujourd'hui le système de freinage d'urgence et l'alerte de franchissement involontaire de ligne.
  • Comme tous les autres usagers de la route, les conducteurs professionnels doivent recevoir une formation sur le mode de fonctionnement des systèmes d'aide à la conduite et de la conduite automatisée, et être informés quant à leur potentiel et aux risques associés.
  • La capacité fonctionnelle des composants mécaniques et électroniques contribuant à la sécurité du véhicule doit être garantie tout au long de la durée de vie du véhicule. Cela implique que les procédures relatives à la vérification de ces composants dans le cadre du contrôle technique régulier des véhicules doivent garantir un niveau minimal élevé reconnu à l'échelle internationale dans la plus large mesure possible.
  • Les ceintures de sécurité doivent également être portées en permanence dans les véhicules utilitaires – c'est la mesure qui sauve le plus de vies.
  • Les conducteurs professionnels doivent eux aussi être sensibilisés aux dangers liés aux moments de distraction au volant.
  • Des normes de sécurité obligatoires doivent être définies pour les essais de roulage en pelotons ; les efforts de normalisation doivent aussi traiter la question de l'identification spéciale des véhicules circulant en peloton pour les distinguer des autres véhicules.
  • Une meilleure connaissance des méthodes de sécurisation des charges et de manipulation des matières dangereuses est requise de toute urgence.
  • Disposer de statistiques normalisées et comparables sur le plan international en matière d'accidents est crucial si l'on veut définir des mesures visant spécifiquement l'amélioration de la sécurité routière, telles que la mise en œuvre réussie de bonnes pratiques efficaces.
Retour
Vous souhaitez obtenir plus
d'informations sur nos activités ?


suivez-nous sur les réseaux sociaux