Covid-19 : nos centres ont mis en place toutes les mesures de protection sanitaires nécessaires pour assurer votre sécurité et celle des contrôleurs.
En savoir plus sur la tolérance des délais et les mesures barrières. Pour limiter les contacts, privilégiez le paiement en ligne. 
  1. Accueil >
  2. Guides >
  3. Automobile & environnement : vers une réduction de la pollution des voitures

Automobile & environnement : vers une réduction de la pollution des voitures

La pollution et la lutte contre le réchauffement climatique sont au cœur de toutes les discussions. Qu’il s’agisse des automobilistes, des constructeurs ou du gouvernement, tous les acteurs de l’automobile se sentent aujourd’hui concernés par l’empreinte environnementale des voitures. Quelles actions ont été mises en place pour tenter de réduire la pollution ? Le comportement des automobilistes a-t-il lui aussi évolué ?

Les mesures gouvernementales pour réduire la pollution des véhicules

Conscient des enjeux environnementaux, le gouvernement a mis en place diverses mesures de lutte contre la pollution des voitures : malus écologique, bonus écologique, taxe CO2 sur les voitures d’occasion, etc. D’autres mesures pourraient encore venir compléter celles-ci à court terme, comme le déploiement d’une infrastructure pour carburants alternatifs entre 2020 et 2025 et notamment la multiplication par 4 des points de recharge électrique d’ici 2022.
Le malus écologique

Le malus écologique

Depuis le 1er janvier 2019, l’Etat a revu à la hausse le malus écologique. En effet, ce dernier se déclenche à partir de 117g de CO2/km, alors qu’auparavant, le malus était provoqué par une émission de 120g de CO2/km.
Le montant du malus est variable selon l’émission des véhicules : 35 euros pour ceux qui émettent 117g de CO2/km, et jusqu’à 10 500 euros pour ceux qui en émettent plus de 191g/km. Cette nouvelle réglementation concerne donc plus de véhicules. Elle décourage financièrement l’achat et même le leasing de tout véhicule particulier neuf ou d’occasion, qui affiche de mauvaises performances.

Offres réservées aux véhicules particuliers essence ou diesel avec paiement en ligne. Hors 4x4 (4 roues motrices), utilitaires, camping car, voitures de collection, véhicules Gaz, électriques, hybrides.

Simple, rapide et 100% en ligne

1500 centres en france

Le bonus écologique

Le bonus écologique

Le bonus écologique, à l’inverse, encourage financièrement l’achat et le leasing des véhicules les moins polluants. Les véhicules concernés par cette aide financière (pouvant aller jusqu’à 6 000 euros) doivent émettre moins de 20 grammes/km de CO2 et ne pas utiliser de batterie au plomb.

Le montant de l’aide est alors déduit du prix d’achat TTC du véhicule ou remboursé par la suite. Dans le premier cas, c’est le concessionnaire qui s’en charge et dans le second, c’est l’Agence de services et de paiement. Attention : les véhicules neufs hybrides rechargeables ne sont plus éligibles à ce dispositif depuis le 1er janvier 2018.

La taxe CO2 sur les voitures d’occasion

La taxe CO2 sur les voitures d’occasion

Une taxe annuelle peut également sanctionner les propriétaires de véhicules d’occasion polluants et encourager l’achat d’un véhicule neuf plus respectueux de l’environnement : la taxe CO2. Elle concerne les véhicules mis en service depuis le 1er juin 2004. Elle est calculée en fonction de la puissance fiscale du véhicule.

La prime à la conversion

La prime à la conversion

La prime à la conversion (ou prime à la casse) intervient à l’achat d’une voiture neuve ou d’occasion si vous souhaitez mettre à la casse un ancien modèle diesel ou essence polluant. Cumulable avec le bonus écologique, c’est un moyen de changer de voiture à bon prix.

Soyez vigilants quant aux conditions de la prime à la conversion : elles varient selon votre situation fiscale (si vous êtes imposable ou non), et selon l’âge et le modèle de votre ancienne voiture.

La vignette Crit’Air

La vignette Crit’Air

La vignette Crit’Air est aussi appelée « certificat qualité de l’air ». Cet autocollant classe les voitures selon leur niveau de pollution. La vignette donne la possibilité de conduire dans les zones de circulation restreinte (ZCR), favorise les conditions de stationnement et permet la circulation alternée instaurée lors des pics de pollution. Elle est obligatoire dans les villes enregistrant souvent des pics de pollution. Dans les autres cas, elle est facultative.

Le partage de véhicule

Le partage de véhicule

Les services de covoiturage, d’autopartage ou de location de voiture entre particuliers sont encouragés par les pouvoirs publics. Ces services permettent de limiter le nombre de véhicules sur la route tout en diminuant les embouteillages. A titre d’exemple, le label « autopartage » lancé en 2012 permet aux véhicules qui en sont détenteurs d’obtenir, entre autres, des places de stationnement réservées.

Le contrôle renforcé des émissions polluantes (contrôle technique 2019)

Le contrôle renforcé des émissions polluantes (contrôle technique 2019)

Depuis le 1er juillet 2019, dans le cadre de la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte, le contrôle des émissions polluantes des véhicules a évolué, avec de nouveaux seuils limites à ne pas dépasser. Ces nouvelles valeurs ont pour but de lutter contre la pollution des véhicules diesel liée à un défaut d’entretien, à une usure du système de dépollution, etc. Les véhicules concernés sont les diesel répondant aux normes européennes d’émission 4 et plus.
L’objectif du renforcement du contrôle technique est donc de mieux identifier les véhicules polluants.
DEKRA a participé à la phase expérimentale de ces tests, de fin 2016 à début 2017. Et depuis le 1er juillet 2019, le contrôle technique inclut donc des mesures et des tests de niveaux de pollution renforcés (notamment d’opacité).

Quelle stratégie environnementale pour les constructeurs automobiles et les pouvoirs publics ?

L’évolution à la baisse du taux moyen de CO2

L’évolution à la baisse du taux moyen de CO2

Depuis quelques années, les émissions moyennes de CO2 des véhicules sont en baisse grâce aux évolutions technologiques proposées par les constructeurs. Soucieux de leur impact environnemental (et de leur image), ils redoublent d’efforts pour innover.

Chiffre intéressant : selon le site statistiques.developpement-durable.gouv.fr, les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves diminuent constamment : en août 2019, elles ont à nouveau chuté pour s’établir à 111,2 g/km.

La majorité des grandes marques produisent des voitures plus écologiques. Même celles que l’on n’attendait pas sur le marché de la voiture électrique, comme Porsche ou BMW... Mais l’électrique n’est pas la seule énergie alternative au diesel et à l’essence : de nouveaux véhicules solaires, à hydrogène ou même à eau sont dévoilés petit à petit par des constructeurs, comme la Mirai de Toyota ou la Hyundai Nexo.


D’ici à 2021, les constructeurs automobiles auront l’obligation de se conformer aux nouvelles normes européennes d’émissions de CO2 au risque de se voir sanctionner d’une amende. En effet, à cette date, les voitures neuves immatriculées dans l’UE ne devront pas dépasser le seuil maximum de 95g/km de CO2, et d’ici à 2030, un seuil de 60g/km.

De leur côté, les conducteurs sont eux aussi de plus en plus sensibles aux mesures prises par les constructeurs pour réduire les niveaux d’émissions de CO2 de leurs véhicules. L’enjeu pour les marques est donc double : respecter la réglementation pour éviter des sanctions financières, et répondre aux attentes de nouveaux automobilistes plus soucieux de l’environnement.

De plus en plus de modèles hybrides et électriques sur le marché

De plus en plus de modèles hybrides et électriques sur le marché

L’évolution du marché des véhicules propres est donc fortement corrélée aux mesures prises par les politiques pour protéger l’environnement. Conséquence : de plus en plus de modèles électriques et hybrides, mais aussi solaires et aux autres énergies propres innovantes, sont proposés par les constructeurs (citadines bien sûr, mais aussi SUV, berlines, monospaces…) et même sportives.
Près de 26 000 voitures électriques ont été vendues en 2017, soit une progression de 14,4% par rapport à 2016. Et en 2019, 8,5% des ventes de voitures neuves ont concerné des voitures électriques, selon le site ecologique-solidaire.gouv.fr.

Récemment, un monospace électrique solaire a été annoncé en Allemagne. Avec pas moins de 248 cellules solaires sur sa carrosserie, une mousse filtrante pour purifier l’air dans l’habitacle, 250 kilomètres d’autonomie et des pièces de rechange fournies, c’est LE monospace écoresponsable par excellence.

Si le moteur tournant exclusivement à l’eau n’est pas pour demain, une innovation bretonne, Eco leau, s’en inspire pour vous faire économiser 20 % de carburant. C’est aussi - 30 % de pollution aux particules fines de votre voiture essence, diesel ou bioéthanol. Il s’agit en fait d’un kit installable soi-même d’une valeur de 300 euros. Son principe consiste à pulvériser de l’eau de pluie dans l'admission du moteur pour améliorer le rendement de son explosion.

Le développement des infrastructures de recharge pour les voitures électriques

Le développement des infrastructures de recharge pour les voitures électriques

Puisque les véhicules électriques et hybrides commencent à prendre leur essor, le déploiement des infrastructures de recharge devient un enjeu majeur. L’absence de points de recharge faciles à utiliser pour tous pourrait devenir un facteur bloquant pour l’achat d’un véhicule propre. Même si les récentes actions mises en place ont permis un déploiement majeur des infrastructures de recharge, leur présence reste insuffisante et assez disparate sur le territoire français, d’après l’étude « Infrastructures de recharges pour véhicule électrique » menée par le cabinet CODA Stratégies pour le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, le Ministère de l’Economie et des Finances et l’ADEME. Le rapport met également l’accent sur le rôle prépondérant de la recharge à domicile (qui représente plus de la moitié des recharges !), qui doit être facilitée. Il met aussi en lumière la nécessité de développer la recharge au travail ou la recharge d’appoint dans les centres commerciaux, parkings ou autoroutes en impliquant davantage les acteurs privés et les autorités locales. Le rapport a émis 11 recommandations qui sont en cours de mise en œuvre par le ministère.

Les carburants alternatifs, une solution viable ?

Les carburants alternatifs, une solution viable ?

Le diesel a été épinglé de toutes parts pour ses émissions nocives et polluantes : CO2 et particules fines en tête. Mais l’essence n’est pas pour autant la solution la plus écologique. C’est pourquoi différents types de carburants alternatifs sont étudiés, testés et développés.

Si les carburants alternatifs les plus innovants ne sont pas encore consommés par les voitures qui sillonnent nos routes, d’autres sont des solutions viables.

Le carburant alternatif le plus populaire est le biocarburant, obtenu à partir de la biomasse (matière première animale, végétale et déchets décomposés par le processus naturel). Ce biocarburant doit ensuite être mélangé avec les carburants fossiles classiques, comme le diesel ou l’essence.


Le biodiesel est par exemple un biocarburant diesel issu de végétaux dont l’huile se mélange ensuite avec du gazole classique (70 %). En 2019, ce sont surtout les flottes professionnelles qui en bénéficient. L’ED95, lui, est, composé à 90 % de bioéthanol et d’additifs, qui équipe certains véhicules français depuis 2017.

Il existe aussi des biocarburants essence qui sont simplement des mélanges d’éthanol et d’essence. C’est la transformation de végétaux contenant du saccharose qui permet par exemple la création de l’E85, entre le carburant sans plomb et le bioéthanol.

Enfin, l’hydrocarbure fossile est un carburant alternatif qui n’apporte pas d’avantage environnemental, mais seulement un avantage financier. C’est notamment le cas du GPL (Gaz de Pétrole Liquéfié) et du GNV (Gaz Naturel pour Véhicules).

Les automobilistes de plus en plus soucieux de l’environnement

Conduite responsable : entre éco-conduite et covoiturage

Conduite responsable : entre éco-conduite et covoiturage

Polluer moins et réduire son empreinte environnementale au volant, c’est possible avec l’éco-conduite. C’est aussi une excellente manière d’économiser du carburant ou d’augmenter la durée de vie de votre voiture. Par exemple en retirant les accessoires inutiles comme les barres de toit qui surchargent le véhicule, en évitant de conduire avec des pneus sous-gonflés ou de pousser la climatisation au maximum…

Les méthodes de déplacements alternatifs se multiplient également. Ces initiatives, issues d’associations, de start-up ou de l’État, s’avèrent plus économiques et écologiques que la conduite en voiture individuelle : auto-stop connecté, covoiturage sur de longs trajets ou covoiturage domicile-travail… Ces initiatives se matérialisent par des projets concrets : le développement de bornes de covoiturage, des applications pour faciliter les trajets entre voisins, des services de covoiturage de campagne… Et en plus, vous voyagez en bonne compagnie !

Les jeunes de plus en plus préoccupés par l’impact écologique des voitures

Les jeunes de plus en plus préoccupés par l’impact écologique des voitures

Une étude sur les jeunes et l’automobile réalisée par CSA pour DEKRA, NORISKO, AUTOCONTROL montre que les jeunes sont convaincus de l’intérêt de bien entretenir leur véhicule, notamment pour des raisons écologiques. En effet, 83% estiment qu’un véhicule bien entretenu pollue moins, même si seulement 1 jeune sur 2 déclare s’y connaître en entretien d’un véhicule !

Le rôle du contrôle technique est capital pour maintenir un véhicule en bon état : il permet d’identifier les dysfonctionnements mécaniques dangereux pour les conducteurs et impactant pour l’environnement, de renforcer la prévention et d’améliorer la sécurité sur les routes. Un allié capital.

Nos conseils pour devenir un conducteur écoresponsable

Nos conseils pour devenir un conducteur écoresponsable

Vous avez décidé d’adopter une conduite respectueuse de l’environnement, mais vous ne savez pas par où commencer ? D’abord, coupez le moteur à l’arrêt, activez le système start & stop si votre voiture en dispose. Ensuite, évitez de trop solliciter le moteur à froid, surtout le matin et en hiver. Vous pouvez aussi utiliser un régulateur de vitesse.
Si l’éco-conduite n’a rien de réellement novateur, c’est une façon plus économe, plus sûre et plus écologique de conduire, facile à mettre en œuvre.

De nouveaux projets innovants pour préserver l’environnement

Le partenariat DEKRA et Moove lab

Le partenariat DEKRA et Moove lab

Moove Lab est un programme créé en septembre 2017, par le Conseil National des Professions de l’Automobile en partenariat avec le Via ID. Il en est déjà à sa 5e promotion : hébergé à Station F, c’est le premier accélérateur dédié à la mobilité. Il accompagne les entrepreneurs dans leurs projets liés à la mobilité, à la sécurité routière ou aux services aux automobilistes. Moove Lab permet aux start-ups de bénéficier d’un accompagnement sur mesure pendant 6 mois pour développer leurs projets innovants.


Ce 5e appel à projets a pour vocation de répondre aux différents enjeux d’accès à la mobilité dans les villes et dans les zones peu denses, dans le but de répondre à la loi d’Orientation des Mobilités. Pour être plus précis, les thématiques favorisées cette édition sont :
- Les services innovants à destination des automobilistes
- La facilitation de l’accès à la mobilité pour tous
- Les innovations en matière de Sécurité routière
- La mobilité électrique
- Les services destinés aux flottes de véhicules
- L’écoconduite

Pour cette 5e édition, une vingtaine de start-ups ont été sélectionnées et invitées à pitcher devant un jury de professionnels des services automobiles. Les entreprises sélectionnées entreront à la Station F mi-novembre pour une durée de 6 mois, et pourront ainsi profiter des avantages qu’offre Moove Lab. On peut citer par exemple ProovStation, qui développe des portiques intégrant l’intelligence artificielle pour scanner les véhicules et faciliter les processus d’inspection et de contrôle ou encore Beev, qui ambitionne d’aider les automobilistes à passer à l’électrique…

DEKRA s’est de nouveau associé à cette promotion en tant que partenaire de l’accompagnement, afin de promouvoir l’innovation dans le secteur automobile, et plus largement de la mobilité.

Vers une mobilité 100 % verte à l’avenir ?

Vers une mobilité 100 % verte à l’avenir ?

La mobilité automobile sera-t-elle totalement verte à l’avenir ? C’est une possibilité à ne pas négliger : les concepts de navettes électriques ou solaires, de voitures sur rail ou même de voitures volantes sont très sérieux. Quant aux smart cities, elles ont pour but de rendre possible cette mobilité écoresponsable. Avec l’augmentation des ventes de voitures hybrides et électriques et l’amélioration des infrastructures de recharges, l’avenir de la mobilité se joue dès aujourd’hui !

Offres réservées aux véhicules particuliers essence ou diesel avec paiement en ligne. Hors 4x4 (4 roues motrices), utilitaires, camping car, voitures de collection, véhicules Gaz, électriques, hybrides.

Simple, rapide et 100% en ligne

1500 centres en france

En poursuivant votre navigation sur dekra-norisko.fr, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site, à en adapter les fonctionnalités et à avoir des services et offres adaptées à vos centres d'intérêt. En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter